Aller au contenu principal

Bienvenue sur le site officiel de Pardaillan

Origines de Pardaillan

« La préhistoire n’a laissé aucune trace de l’activité humaine dans notre commune.  Des Gaulois qui vivaient sur notre sol, nous ne connaissons rien plus. D’après les savants auteurs de l’histoire de l’Agenais (Saint-Lanne, 1942, t. I, page 40), les lieux dits Lapeyre, la Grande Peyre, Peyragude, Peyro-Soulo, Peyrolebado, Lou Caillaou indiquaient probablement l’emplacement d’un menhir.

Dans notre commune, les lieux dits Pierre-Haute, Peyrillaou, las Peyroulados, la Peyre-Boyne, n’indiqueraient-il pas eux aussi l’emplacement de monuments celtiques ?

Mais lorsque les Romains eurent défait les troupes de Vercingétorix à Alésia, le pays fut transformé et mis en culture. Des routes furent tracées. L’une d’elle, celle qui allait de Cahors à Bordeaux par Monsempron, Lauzun, Duras devait passer sur notre territoire, sans doute près du moulin du Peyrat. Au bord des routes, les gallo-Romains édifièrent des villas. C’était de véritables villages, avec la maison du propriétaire, les granges, les celliers, les colombiers, les logements des esclaves. Une de ces villas devait s’élever sur le plateau fertile du Graviac.

D’ailleurs, des pierres provenant d’antiques constructions ont été exhumées dans une vigne appartenant à la famille Borderie.

Et jusqu’en 1727, notre paroisse s’est appelée Notre Dame de Gabirac (déformation de Graviac). Il semble donc que ce fut là un des premiers centres de peuplement. (Gabriacus :le fonds, la propriété de Gabrius) (1)

Pour se protéger contre les invasions des Normands de nombreux châteaux forts furent construits vers le Xième siècle.

Celui de Pardaillan date sans doute de cette époque. Il figure dans le saisimentum de 1271 : hommage rendu par les seigneurs à Alphonse de Poitier, frère de saint Louis et gouverneur du Languedoc.

Le bourg de Pardaillan (aujourd’hui le Vieux-Bourg) ne vint se construire qu’au moyen-âge, devant le château. A mi-chemin, entre le Graviac et le bourg, on édifia l’église actuelle placée sous le vocable de Notre-Dame. Ce fut l’origine du village actuel.

Notre-Dame était un prieuré bénédictin dépendant de l’abbé commendataire de Notre-Dame de Nanteuil, au diocèse de Poitiers. (Pouillé de Valéry, 1515).

  1. D’ARBOIS : Origine de la propriété foncière en France p. 436

                                                                                                                 Document extrait de la Monographie Nougès 1943.